susanne ruiz imboden

La Supérette

Rue du Criblet 14

Susanne en quelques mots

Susanne Ruiz Imboden, Fribourgeoise née en 1974 à Fribourg, gère depuis 2016 La Supérette à la rue du Criblet où elle conseille privés et entreprises en matière de décoration d’intérieur. Après avoir fait un apprentissage en tant que dessinatrice en bâtiment et commencé des études en architecture, Susanne remarque très vite que « l’intérieur » l’intéresse plus que « l’extérieur ». Elle saisit dès lors l’opportunité de rejoindre Ingrid Meyer au sein de son enseigne Forme + Confort SA, une enseigne phare de design et de décoration d’intérieur établie à Fribourg depuis les années 60. Pendant les quinze années qu’elle y passera, Susanne apprendra et développera ce « goût pour l’assemblage des belles choses » en passion, une passion qui l’a amenée à créer et ouvrir La Supérette.

Susanne Ruiz Imboden, c’est avant tout un visage et une aura qui vous inspire la confiance. On serait tenter de croire que l’atmosphère apaisante de La Supérette y est pour quelque chose, jusqu’à ce que vous la croisiez de nouveau dans la rue, et que vous vous aperceviez que c’est bel et bien comme ça. Passé cette première impression, s’engager dans un échange vient confirmer le tout. Son écoute sincère et sa voix pleine de gentillesse vous font comprendre très vite son honnête intention qui est de voir en quoi elle peut vous rendre service. Loin d’aimer comme beaucoup l’exercice du portrait photo, elle a pourtant accepté de jouer le jeu au nom de mon projet qu’elle a accepté de soutenir. Car Susanne Ruiz Imboden, c’est tout simplement une personne qui croit en un monde où l’harmonie a sa place, et pas seulement à l’intérieur d’une pièce, mais bien au-delà, ce que le design cherche finalement à créer.

Le début d’une aventure

Après quinze ans au service d’une entreprise, est venue LA question: « encore quinze ans ou temps pour un changement »? Ce questionnement amène Susanne à prendre conscience de cette envie grandissante de faire quelque chose qui lui ressemble. Ses voyages réguliers de famille à Barcelone, cette ville au dynamisme continuel avec son lot de boutiques et enseignes originales, auront bien nourri cette envie au fil des années. Et pourquoi pas reproduire ceci à Fribourg? De trouver et proposer des objets uniques, de rassembler en un lieu unique et original, ce qu’elle aime?

Bien entendu, famille oblige, une telle décision ne peut se faire aussi facilement. Le temps à investir, les finances à investir, sont sources même d’un stress suffisamment fort pour créer tout sentiment d’hésitation. Finalement, la boutique est-elle nécessaire si l’activité principale est du conseil? Oui. Absolument. La boutique joue un rôle essentiel car c’est là que les clients pourront découvrir son univers, et c’est là qu’une relation de confiance pourra se créer. Le projet s’ancre donc dans l’esprit de Susanne. Il faut le réaliser.

Du design plein les yeux

Arriver devant La Supérette, c’est découvrir cet endroit que l’on pensait connaître, mais que l’on ne connaissait pas.  C’est comme si la boutique avait toujours été là tellement que cela fait du sens, et pourtant, quelques mois auparavant, cela elle n’était pas là. Flâner discrètement devant les vitrines a cet effet magnétique difficile à contrer. Il faut entrer.

Une fois dans La Supérette, c’est cet incontrôlable effet de vouloir posséder tout ce qui s’y trouve. En fait, beaucoup plus simple que ça, on aimerait connaître le loyer pour y habiter, meublé tel quel et sans aucune changement bien entendu.

Parmi les différentes marques de design présentes, on retrouve cependant des objets de patte suisse et jeune. J’y retrouve d’ailleurs des photographies de Vanessa Cojocaru, une amie à moi, dont on sent l’oeil de la graphiste derrière la prise de vue de qualité incontestable. Susanne m’explique alors l’importance qu’elle accorde à soutenir cette jeune génération de designers suisses, dans un contexte où la production a beau être de qualité, mais a du mal à se faire une place sur le marché intérieur.

Peu importe la ou le designer derrière l’objet, il est facile de ressentir l’affinité qu’éprouve Susanne à son égard. L’aura qui s’émane d’elle va tout simplement de pair avec cet environnement harmonieux. Sortir de la boutique, un retour à la réalité pas tout le temps aussi harmonieuse.

Fribourgeoise car…

Pourquoi Fribourg pour une telle boutique et un tel projet? Au-delà du contexte géographique familial, Susanne se sent bien à Fribourg, une ville aux dimensions humaines où de tels projets ont clairement leur place. Fribourgeoise? Oh que oui! Pour moi, il n’y a pas de doute, Susanne fait définitivement parti des Fribourgeois.